Blog de l'association La Semilla

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 17 janvier 2018

Lumières dans la Sierra !

Quand nous avons entamé le projet de film documentaire sur les fêtes traditionnelles des indiens Koguis, il y a un an et à leur demande, deux objectifs émergeaient alors : aider les Koguis dans leur processus de sauvegarde et de préservation de leur culture en réalisant du matériel vidéo, sonore et photographique pour eux, et produire une version "pour le monde", porteuse du message qu'ils souhaitaient transmettre à l'extérieur. Après un an de travail, un tournage en quatre phases, une traduction Kogui-Espagnol des interviews réalisées et une première édition, nous pouvons dire que la premier objectif est en grande partie réalisé avec ce cadeau de Noël aux Koguis : une exposition de photo et une projection de 40 minutes ce 25 décembre dernier, en pleine Sierra.

Ceci était doublement inédit pour nous et pour les Koguis du village de Yinkuamero. Inédit parce dans un village à 6 heures de marche de la première prise électrique, les Koguis de Yinkuamero n'avaient jamais eu l'occasion d'un tel évènement : une projection cinématographique sur eux, sur leur vie, leur tradition et dans leur langue. Inédit aussi parce que souvent les Koguis ont eu des expériences décevantes avec leurs "petits frères" (nous, les non indiens...) qui souvent leur ont pris beaucoup sans leur donner rien en retour : leurs objets en or sans en connaître ni comprendre la dimension spirituelle, des images et des vidéos, leurs connaissances sur les plantes, les richesses minières de leur territoire sacré, etc. C'est pourquoi il était important pour nous de commencer par eux : tenir notre promesse et cet engagement en réponse à leur demande.

Nous voilà donc partis avec du matériel fonctionnant sur batterie dans un sac à dos "waterproof" : un ordinateur portable, un vidéo-projecteur et un petit amplificateur que nous installerons avec les moyens du bords:

Installation_du_materiel.png

Certains d'entre eux ont déjà vu des télés dans les échoppes du village non indien le plus proche : Rio Ancho. Mais ces télés diffusent des images, une culture et des valeurs qui ne sont pas les leurs, dans une langue qui n'est pas la leur. Ce soir c'est leur culture qu'ils voient, leurs images, la voix de leur mama qui leur raconte en langue koguie leur histoire, leur sagesse...

Projection_dans_la_Sierra.png

Projection_2.png

Si ce type de matériel audio, sonore et photographique a vocation a être conservé et diffusé à nouveau dans le centre éducatif et culturel que nous pensons créer, il était important de leur laisser aussi quelque-chose de plus tangible sur le moment. C'est pourquoi, en plus et en lien avec la projection, nous avons aussi réalisé une exposition de 50 photos que nous leur avons laissées. Là aussi, l'émotion et l'intérêt sont palpables :

Expo_photos.png

Pour ce qui est de la version du documentaire qui sera diffusée vers l'extérieur, nous y travaillons actuellement et sommes à la recherche d'un producteur.

Ce projet, tout comme d'autres projets qui portent aujourd'hui des fruits (aider les koguis à retrouver des plumes pour rénover certains masques et couronnes par exemple) ont conduit à resserrer nos relations avec ce peuple ancestral qui se considère comme gardien de l'équilibre de la Sierra (le coeur du monde) et de la terre. Nous avons voulu traduire ce rapprochement, après de longues discussion avec la mama mayor Conchacala et les responsables de la communauté, par deux actes forts de confiance mutuelle :

  • l'intégration dans les statuts de notre association colombienne d'une phrase indiquant que "les projets et actions de l'association doivent se faire en cherchant l'accord des autorités traditionnelles des indiens de la Sierra Nevada"
  • l'élection de Miguel Bolaño Nolavita (indien Kogui récemment désigné par les autorités spirituelles de la Sierra comme chargé de culture du peuple Kogui) comme vice-président de notre association colombienne ; il ne s'agit plus que d'une désignation seulement symbolique puisque Miguel dispose d'une délégation de représentation légale de l'association.

Un beau chemin qui se dessine et que nous voulons continuer, dans l'échange et la confiance...

jeudi 21 décembre 2017

Recyclage, graines, plumes... : Ces autres projets

En cette fin d'année, je souhaitais vous plonger un peu dans l'univers de la Sierra Nevada de Santa Marta et de ces "petites actions" qui font notre quotidien et sur lesquelles nous n'avons pas encore communiqué.

Nous vous avons déjà parlé de certains projets en cours (Film-documentaire sur les fêtes d'été des indiens Koguis, ateliers d'éducation à l'écologie) ainsi que de notre projet à moyen-long terme de création d'un centre éducatif et culturel. Ce dernier pourrait contribuer à la reconnaissance, la sauvegarde et la transmission de la sagesse et de la culture des peuples premiers de la Sierra Nevada de Santa Marta. Mais au de-là de ces axes principaux - le projet de documentaire nous a beaucoup occupés ces derniers mois et nous entrons actuellement en phase d'édition - LA SEMILLA se trouve impliquée dans d'autres "petits projets" (aujourd'hui...) en fonction des nécessités et demandes qui se présentent à nous. C'est d'eux que nous voulons vous parler aujourd'hui.

Préliminaire : Des indiens coupés du monde ?

S'il est vrai que les indiens de la Sierra et les Koguis en particulier sont essentiellement autonomes au niveau alimentaire et culturel et ont délibérément très peu d'échanges commerciaux et non commerciaux avec "notre monde", le mythe de l'indien en blanc qui vit dans un paradis naturel coupé du monde est inexact. Les échanges avec la "civilisation " sont une réalité, en particulier pour les villages situés dans les parties basses de la Sierra parfois sur des terres restituées par le Gouvernement récemment, qu'ils soient:

  • échanges subis et violents : cela a été le cas des échanges avec les groupes armés illégaux (guerillas, paramilitaires et trafiquants de drogues) qui proliféraient jusqu'à une époque récente dans la Sierra Nevada. Les peuples de la Sierra en ont subi un lourd tribu (violences physiques et menaces, assassinats, viols). C'est aujourd'hui aussi le cas de nombreux projets portés par des multinationales (extractions minières, barrages hydroélectriques). Leur impact écologique souvent destructeur se confronte à la relation organique des "gardiens de la Sierra" avec leur territoire. Les violences indirectes qui résultent de ces derniers n'ont parfois rien à envier aux premières. Il est à ce sujet remarquable de constater que les peuples de la Sierra n'ont jamais pris les armes et ont toujours réagi à ces agressions de manière pacifiste et non violente.
  • échanges tolérés : il peut s'agir de l’État qui construit des écoles ou des centres de santé, du "Bienestar familiar" (service de l’État Colombien) qui distribue du lait en poudre ou des gâteaux aux enfants, ou même des évangélistes qui distribuent des lecteurs MP3 solaires avec des textes bibliques en langue koguie intégrés. Ce type d'échanges se situent en général dans les villages situés sur les parties basses de la Sierra, les autres étant difficiles d'accès. Ils sont tolérés par les indiens qui ne les approuvent pas pour autant.

Appareil_evangelisation.png

    Appareil d'évangélisation solaire distribué par des évangélistes
  • échanges souhaités : parce que les Koguis, Wiwas, Arhuacos et Kankuamos ont certains besoins et nécessité qu'ils n'arrivent plus à couvrir et aussi parce qu'ils souhaitent aujourd'hui "parler au monde" sur le respect de la nature en particulier, ils ont aujourd'hui certains échanges commerciaux (vente de mochillas ou de café par exemple) et culturels avec l'extérieur. Il est à noter que même ce type d'échanges peut s'avérer nocif : on peut parfois croiser dans les rues de Palomino ou Santa Marta un indien mendiant pour s'acheter une bouteille d'alcool.

L'échange est donc un thème délicat mais il est inévitable et déjà en cours. Nous souhaitons évidemment nous inscrire dans des échanges souhaités et "bons", même si l'usage de ce terme est délicat. Pour y parvenir, au de-là de notre discernement que nous voulons relié, nos projets sont consultés avec les autorités locales et spirituelles des peuples de la Sierra (les mamas) et en général émanent des Koguis eux-même. Nous travaillons actuellement à un renforcement et un approfondissement de cette relation afin de l'intégrer dans notre structure et dans nos processus de décision. Nous publierons bientôt un article pour expliquer comment cela se traduit concrètement.

Recyclage dans le village

Dans nos voyages dans les villages Koguis de la Sierra Nevada, nous avons pu confirmer que les villages Koguis des parties basses et même intermédiaires de la Sierra produisent des déchets non biodégradables. S'il est pour nous une évidence qu'un emballage plastique mettra jusqu'à 1000 ans pour se dégrader et que des piles électriques peuvent polluer gravement les sols et l'eau, cela ne l'est pas pour tous les indiens qui sont habitués à jeter leurs déchets organiques qui se dégraderont naturellement. Nous continuons donc un travail d'éducation et de ramassage de déchets qui avait déjà été initié il y a une vingtaine d'années par Jimmy, aujourd'hui membre actif de LA SEMILLA. Au mois d'août, nous avons ainsi réalisé, avec les enfants Koguis du village de Yinkuamero et à l'aide d'une brouette qui leur avait été donnée par le Musée du Caribe, un ramassage de déchets dans le village de Yinkuamero. Si la quantité de déchets ramassés reste peu importante au regard de la date de la dernière collecte (8 mois), un sujet plus préoccupant reste le nombre de piles qui jonchaient le sol.

Dechets_collectes.png

Photo_enfants_piles.png

Elles proviennent de l'usage qui en est fait par les lampes torches. C'est, à notre connaissance et dans ce village, le seul appareil électrique utilisant des piles qui est aujourd'hui utilisé mais son usage est quotidien. Certaines de ces piles ont été ramassées jusque dans des cultures qui bordaient le village. Nous avons donc répété le message sur les dangers des piles électriques avec la présence et l'approbation du mamá qui nous prêtera sa mule pour descendre les sacs poubelles ramassés.

Las semillas (les graines...)

Le projet d'échanges de graines s'effectue en partenariat avec l'agronome Yuli Pelaez qui est en train de créer le premier réseau d'échanges de graines de la Sierra Nevada, avec les paysans locaux et les indiens. Ce projet s'inscrit dans un contexte de perte de savoir sur ce sujet et d'une nouvelle législation favorisant les graines certifiées vendues par des gros semenciers comme Monsanto (souvent hybrides F1 - la plante produit des semences sans rendement et oblige le paysan à racheter de nouvelles graines l'année suivante - quand elles ne sont pas génétiquement modifiées). La Semilla est intervenue comme intermédiaire pour permettre à Yuli Pelaez d'établir un partenariat avec l'association française KOKOPELLI, qui dispose d'une des plus grandes (sinon la plus grande) banque de semences libres et "bios" au monde (et donc non génétiquement modifiées ni hybrides F1). Ce partenariat a permis au projet d'adhérer au programme "Semences sans frontière" et de recevoir des semences libres, adaptées au climat et à l'environnement d'ici.

graines.jpg

Récemment un travail a été entamé par Yuli et La Semilla avec une famille Koguie établie près de Minca. Des échanges de graines et de savoirs ont été effectués en fonction des demandes de la famille Koguie.

Yuli_graines.JPG

Un suivi et un accompagnement sont réalisés pour voir ce qui est planté, pousse et utilisé. Echanger, pour donner et recevoir...

Et le reste...

Le travail avec les indiens de la Sierra nous conduit aussi à les aider à obtenir certaines choses qu'ils arrivent difficilement à obtenir sans notre aide : du coton acheté sur le marché de Barranquilla pour le tissage des habits et des mochillas de type "Sugame" pendant que parallèlement un processus de récupération des cultures de coton a été initié pour retrouver autonomie et indépendance, des plumes de certains oiseaux devenus rares dans la Sierra et utilisées pour certaines danses sacrées (*), une démarche administrative, un conseil ou aide juridique, etc. Ce sont aussi toutes ces choses qui font notre quotidien.

(*) Nous évoquerons probablement ce sujet qui nous a beaucoup occupé, dans une publication prochaine sur ce même blog...

mardi 4 avril 2017

Ñikuma: l'esprit de la fête : "danser pour rétablir l'équilibre du monde..."

Comme nous l'avions annoncé, LA SEMILLA se lance dans un projet de film documentaire sur les fêtes traditionnelles des indiens Kogis, à leur demande. Une tradition millénaire qu'ils nous ont demandé de les aider à préserver et transmettre par ce moyen. Nous lançons aujourd'hui une campagne de financement participatif pour nous aider à donner vie à ce projet.

Découvrez ci-dessous la vidéo de présentation (teaser) :

Youtube-video.png

Cette fête, de tradition millénaire, revêt à la fois un caractère social, sacré où les danses et les musiques visent à rétablir les équilibres rompus de la nature, et aujourd'hui "thérapeutique post-conflit" où des scènes théâtrales visent à exorciser l'époque de violence qu'a traversée le pays. Ce peuple millénaire se considère comme "gardien de l'équilibre du monde" (*) depuis son territoire d'une extraordinaire biodiversité qu'ils appellent le "cœur du monde". Les kogis fascinent de part leur sagesse millénaire, leur non-violence au milieu de la violence et leur mode de vie cohérent et respectueux de la nature. C'est pourquoi quelques documentaires internationaux ont déjà été réalisés ces dernières années (BBC, National Geographic, France 2).

Néanmoins, cet aspect de central de leur culture - la fête annuelle du solstice - n'a pas été documenté. Nous avions déjà publié un billet sur le sujet l'été dernier, mais il n'existe pas encore de documentaire à notre connaissance. Il est pourtant d'un intérêt immense et porteur de message sur les risques de disparition d'une cultures précieuse, l'urgence de retrouver une relation harmonieuse avec la nature, la force des relation sociale, et la résilience pacifique en contexte de guerre. Ce projet a été initié à la demande des Kogis et en partenariat avec deux associations colombiennes (Ñikuma et Seineken).

Aujourd'hui nous avons réalisé ensemble une première montée dans la Sierra Nevada, pour une première étape au tournage : découverte et repérage, prise de contact pour l'association Seineken et premiers enregistrements vidéos et sonores. Voici trois quelques images de cette première montée :

Nikuma-Seineken-Semilla.png

L'équipe présente lors de la première sortie. De gauche à droite : Diana et Juan Pablo (de l'association Seineken), moi et Jimmy (guide et représentant de Ñikuma). Deux autres personnes devraient nous accompagner pour nos prochaines sorties : Mathilde (notre nouvelle bénévole) et Juan (cameraman de Seineken).

Subiendo__asno_.png Montée dans la Sierra...

Filmando_el_tambor.png Interview d'un joueur de tambour

Entrevista_Mamo.png Interview d'un jeune mamo (chaman, sage) sur le sens de la fête

Cette première montée a été entièrement financée sur fonds propres de notre association et grâce à l'énergie, au temps et à l'enthousiasme de l'ensemble de l'équipe. Nous lançons aujourd'hui une campagne de financement participatif (crowdfunding) qui nous aidera à le mener à bien, grâce à la plateforme de financement participatif de LA NEF (Zeste, première banque éthique de France). Soutenez-nous et aidez-nous à faire connaître ce projet ! C'est ici :

https://www.zeste.coop/fr/decouvrez-les-projets/detail/nikuma-lesprit-de-la-fete

'' (*) : Cette expression est inspiré par l'article de la chercheuse Carolina ORTIZ "Les gardiens de l’équilibre du monde. L’identité entre les groupes aborigènes de la Sierra Nevada de Sainte Marte", publié en 2004 dans les cahiers AHLIM de l'Université Paris.''