L'aventure "LA SEMILLA", c'est parfois des demandes des Koguis que nous n'aurions jamais imaginées. C'est pour cela que c'est un chemin passionnant, un chemin d'écoute et de surprises. Lorsque les Koguis nous ont demandé de les aider à retrouver des plumes de certains oiseaux pour reconstituer leurs couronnes rituelles ou lorsque, plus récemment il s'agissait de récupérer certaines pierres utilisées par les mamás, nous ne savions pas par où commencer, et pourtant...

Souvent on me demande "Quel est le projet de LA SEMILLA ?". J'essaie alors d'adapter la réponse à mon interlocuteur mais elle prend souvent la forme d'un "Créer un pont par la culture et l'éducation avec les peuples premiers de la Sierra Nevada" ou un "Aider à la reconnaissance, la préservation et la transmission de la culture de ces peuples, en particulier des indiens Koguis". Alors on me demande: "Mais concrètement ?". J'explique alors notre projet de documentation audio-visuelle, commencé par la fête traditionnelle d'été des Koguis, ou celui du centre culturel. Mais il faut reconnaître que cette réponse est incomplète. Incomplète car la réalité, les demandes et les nécessités que nous expriment les Koguis avec qui nous travaillons sont en mouvement constant, un dynamisme vivant qui demande une remise en question, une adaptation et un réajustement permanent de notre pensée, notre travail et nos actions. Ce n'est probablement pas évident à comprendre depuis la France ou l'Espagne. Tout comme il n'est pas facile d'expliquer la demande que nous a faite le mamá kogui Juan Conchacala il y a presque deux ans : retrouver des plumes de certains oiseaux devenus aujourd'hui rares ou inexistants dans la Sierra Nevada. Elles jouent un rôle central dans certaines danses réalisées dans les villages "principaux" situés dans les zones hautes de la Sierra, dans les jours qui suivent le solstice d'hiver. Le mamá nous retransmettait une demande des "mamás mayores" de la "capitale spirituelle" de la Sierra Nevada de Santa Marta. Une demande très importante pour eux, qui touche au sacré.

corona.jpg

             Couronne de plumes Koguie abîmée

Pourtant, comment expliquer cela à un organisme de financement ou même à notre assemblée générale ? Nous sommes loin du quotidien parisien et des manifestations des gilets jaunes ou même d'une approche classique de l'écologie... C'est probablement pour cela qu'il m'a fallu autant de temps pour écrire ce billet, pourtant déjà esquissé à la fin d'une publication de décembre 2017 où nous évoquions ces autres projets ponctuels portés par la nécessité.

De l'Amazonie à la Sierra Nevada

Comment aussi trouver ces plumes ? Il s'agissait tout d'abord de certaines plumes de grands perroquets et d'un oiseau de la guajira appelé "pajaro cardenal".

De retour sur Bogotá, alors que j'étais pensif mais déterminé sur cette demande dont j'avais perçu l'importance et la profondeur, un homme surgit du trottoir et me demande de le prendre en photo devant un massif de fleurs. Je prends la photo et la discussion s'engage rapidement. Il s'appelle Edgar Segarra, il est artiste-peintre d'origine équatorienne. Il a repris la peinture mais me raconte qu'il avait mis entre parenthèse sa production artistique quelques années pour cheminer au côté de différentes ethnies indiennes, en particuliers celles d'Amazonie équatorienne. Il me raconte comment ce cheminement personnel lui a permis d'approfondir sa recherche artistique. Je lui parle alors de LA SEMILLA, des Koguis, des plumes... Rapidement, la discussion prend un tour enthousiaste et passionné. Naît alors l’idée folle qu'il parte quelques semaines en Équateur pour reprendre contact avec ses anciens amis indiens et partir à la recherche de ces plumes. Un voyage épique à Quito, puis Cuenca et finalement la forêt amazonienne, de concert avec les indiens Shuar, Achuar et Cofanes qui se fera peu après. Je suivrai l'expédition à distance, par téléphone: elle est pleine de rebondissements et il serait difficile de tout raconter ici. De cette recherche des plumes, Edgar en fera même un tableau qu'il nommera "Vida" (Vie) et qu'il offrira spontanément au Président de la République d’Équateur (Lenin Moreno), rencontré "par hasard" lors de sa venue pour la célébration de l'Indépendance à Cuenca ! (*)

Edgar_y_Lenin_Moreno.jpg Edgar Segarra avec le tableau "Vida" et le Président Lenin Moreno

Finalement les plumes se laisseront approcher et seront remises à Edgar par les indiens: plusieurs couronnes, deux ailes complètes magnifiques et des plumes "en vrac". Un bel échange entre des ethnies indiennes éloignées et qui ont encore conservé une culture millénaire: de l'Amazonie et la Sierra Nevada de Santa Marta, des poumons du monde et du cœur du monde... Tout n'est pas encore fait pourtant car les plumes sont encore d’Équateur. Mais de rencontre en démarche et nous obtenons juste à temps l'autorisation de sortie du pays par la "Dirección de riesgos del patrimonio cultural" de la République d’Équateur (la veille du départ d'Edgar...).

autorizacion_plumas.jpg

Les plumes arrivent alors à Bogotá, peu de temps avant un de mes voyages pour la Sierra. Nous sommes fin 2017 et le voyage épique continue: Santa Marta, Río Ancho, puis montée dans la Sierra: Tungueka puis Yinkuamero où le mamá Conchaca nous accueille. Il sait que nous avons les plumes. Comme d'habitude, la communauté met à notre disposition une maison du village, où nous tendons nos hamacs et allumons un feu pour nous restaurer et nous reposer un peu après ces longues heures de marche. Le soir, le mamá vient nous rendre visite. Je sors alors le carton de mon sac à dos, que je n'ai pas lâché d'une semelle de tout le voyage. Sous la lueur du feu je les présente au mamá, les ailes d'abord, bleues à l'extérieur et jaunes à l'intérieur, les couronnes ensuite avec de grandes plumes rouges au centre, puis un sac de plumes de perroquets, plus petites. Le mamá les prend et les observe une à une, sa concentration est intense. Puis, il me regarde, je le regarde dans les yeux et lui souris. J'arrive à peine à dissimuler une pointe de fierté pour avoir réussi cette "mission impossible" mais je ne dis rien. Alors il reprend les plumes une à une, en disant en espagnol "Celles-ci ne nous servent pas, celle-là non plus, et non plus.". Puis il me regarde intensément dans les yeux et me dit en espagnol sur un ton on ne peut plus sérieux :"Alors que fait-on ? On les brûle ?". Ma respiration se coupe et je manque de m'étouffer. Un long silence. Puis je lui dis :"C'est la chose la plus difficile que nous ayons eu à faire depuis le début.". Il reprend les plumes à nouveau, les repasse en revue et me dit: "Celles-là nous allons les utiliser pour la fête ici, celles-ci iront à notre capitale spirituelle.". Le mamá a piqué mon ego sur sa pointe et a testé ma patience. Il rigole alors de la peur qu'il m'a donnée. Cela fait partie de ces petites "mises à l'épreuve" dont parlait Carolina Ortiz dans l'article précédent... Le lendemain, nous irons sur un site sacré (un "eshuama" en langue Koguie) pour remettre "officiellement" les plumes. Le moment est solennel et intense...

Remise_plumes_mama.jpg

       Remise d'une des couronnes de plumes au mamá Juan Conchacala

Lors d'autres voyages, nous aurons l'occasion de remettre au mamá d'autres types de plumes, d'Ibis rouges notamment, récoltées dans la région colombienne d'Arauca grâce à l'aide de mon voisin et ami Pedro. Plusieurs fois, le mamá Conchacala me dira: les mamás d'en haut te remercient et te saluent. Seules les plumes de "pajaro cardenal" n'ont pas encore été trouvées.

Des pierres

Si les plumes servent pour des danses sacrées visant à rétablir les déséquilibres de la nature, les pierres - qui pour les Koguis sont vivantes - peuvent servir aux mamás à de nombreuses occasions que nous sommes bien loin de connaître dans le détail. Les quartz par exemple servent pour le travail sur l'eau et sont selon les Koguis les "gardiens de l'eau". On peut d'ailleurs mentionner un court-métrage colombien très intéressant sur ce sujet : Corazón de agua. Mais les mamás Koguis utilisent aussi de nombreuses pierres qu'on ne trouve pas en l'état dans la nature. Ils nous expliquent qu'elles leur ont été transmises par leurs ancêtres mais qu'eux ont perdu la connaissance pour les faire. Certaines d'entre elles ont par exemple des formes de cylindres percés par un trou parfait et on se demande bien comment elles ont pu être réalisées. Il y en a de nombreuses sortes. Nous n'en montrons ici que quelques-unes:

selection_pierres.png

Je n'entrerai pas plus dans les détails ici mais je soulignerai juste que lorsqu'un mamá a terminé sa formation, qui peut durer jusqu'à plus de 18 ans pour les "mamás mayores", la première chose qu'il reçoit c'est justement ces pierres. Or, du fait que nombre de ces pierres revêtent un caractère "archéologique" et ont aujourd'hui une valeur commerciale dans "notre monde", beaucoup ont été volées, ou pillées sur des sites sacrés ou même dans des sépultures. Le mamá nous a redit récemment que les mamás mayores d'en haut ont exprimé de nouveau leur besoin d'en récupérer plus pour pouvoir réaliser leur travail : soigner la Sierra pour soigner la Terre... Comment allons nous faire pour répondre à cette demande ? Nous ne savons pas encore...

Récupérer les trésors volés

Au-delà des pierres, les Koguis, comme beaucoup de peuples autochtones se sont vus voler et piller de nombreux objets, pour eux sacrés et avec des rôles spirituels précis: des masques, des objets en or, etc. Souvent, ils ont été pris dans des sépultures ou des lieux sacrés qui ont été pillés. Que dirait-on si des gens venaient dans nos cimetières piller les tombes de nos ancêtres ? C'est pourtant de là que viennent beaucoup de trésors archéologiques qui finissent derrière des vitrines dans des musées ou dans des collections privées. On dit que l'histoire est écrite par ceux qui gagnent les guerres et - en tant qu'européens - nous n'avons pas ou peu conscience de ce fait. Il m'a fallu du temps pour mesurer et comprendre la violence de ces actes et le rôle central que jouent ces objets sacrés dans le travail que font les Koguis et bien d'autres cultures autochtones. L'idée de restitution - tellement évidente lorsqu'on y réfléchit - est pourtant presque nouvelle. Mais des initiatives commencent voient aujourd'hui et enfin le jour. La France a récemment commencé à parler de restitutions vers l'Afrique. Il y a trois ans, une collectionneuse belge (Dora Janssen) restituait aux Koguis par l'entremise de l'association Tchendukua, des objets précolombiens. Un changement de paradigme et le début d'un chemin de respect et de reconnaissance qui pourrait bénéficier à tous...

(*) Il faut préciser que la remise du tableau au Président Lenin Moreno a été faite à Cuenca de manière réelle symbolique. Le tableau est toujours à Cuenca. Actuellement, notre association, avec Edgar Segarra, est en train de se rapprocher de la Présidence de la République d’Équateur pour organiser une remise officielle et célébrer au passage ce bel échange entre deux pays, la Colombie et l’Équateur, et des ethnies indiennes apparemment éloignées mais avec un même lien organique avec la nature.